^

Philippe Roch

Bienvenue sur mon site

Lever de Terre

Il y a quarante ans le monde découvrait les premières photographies de la Terre prises de la surface de la Lune. Ces images magnifiques ont profondément modifié notre perception de la Terre, belle et fragile, belle parce que fragile, comme suspendue, seule de son genre, dans l'immense espace interstellaire visible autour d'elle.

Les expressions de l'écologie naissante ont pris alors toute leur signification.  Déjà en 1929 Vladimir Ivanovich Vernadsky avait énoncé la notion de biosphère pour exprimer l'unité du monde vivant et des écosystèmes. La première conférence mondiale sur l'environnement humain à Stockholm en 1972 a été dominée par l'idée que « nous n'avons qu'une seule terre », et en 1974 James Lovelock et Lynn Margulis ont développé l'hypothèse de Gaïa qui considère que la Terre dans son ensemble fonctionne comme un être vivant.

Depuis cette époque des rapports scientifiques montrent que nous avons dépassé la capacité de production de la Terre, que nous détruisons les ressources vivantes et perturbons la fine couche d'atmosphère dont nous dépendons, nous poussant à réunir des conférences et à signer des conventions internationales, nécessaires mais insuffisantes pour retourner la situation.

C'est l'émotion générée par la beauté du lever de Terre qui pourrait être déterminante, car au-delà des études scientifiques l'amour de la Terre nous conduira à la respecter et à modifier nos comportements pour la partager équitablement et durablement avec toutes les autres espèces vivantes qui l'habitent. 

Découvrez mes autres articles :

Retour