^

Philippe Roch

Bienvenue sur mon site

Concert

Les rossignols m'empêchent de dormir, non pas parce qu'ils font beaucoup de bruit, mais parce que je ne veux pas perdre une minute de ce concert magnifique qui éclate dans la nuit. Au matin ils sont rejoints progressivement par les merles et les grives, puis les pouillots, les mésanges et les fauvettes. J'en arrive même à ne plus remarquer les avions ni les voitures. Ah je fais des progrès ! La glycine, les lilas, l'ail des ours et dans quelques semaines les acacias, les ronces puis les tilleuls mêlent leurs parfums au chant des oiseaux. En y regardant de plus près ce sont encore des centaines, des milliers d'autres créatures qui remplissent ce printemps magnifique de leurs couleurs, de leurs sons, de leurs odeurs. Nous faisons pleinement partie de cet ensemble d'une richesse incroyable exprimée dans le concept de biosphère, créé par Vladimir Vernadsky en 1929, puis celui de Gaïa par James Lovelock et Lynn Margulis en 1974 : la terre est un être vivant dont toutes les parties sont interdépendantes.

Au XIIIe siècle déjà Thomas d'Aquin donnait une leçon d'écologie, une vision écosystémique de la biosphère :«  Ainsi la bonté qui est en Dieu sous le mode de la simplicité et de l'uniformité est-elle sous le mode de la multiplicité et de la division dans les créatures. Par conséquent l'univers entier participe de la bonté divine et la représente plus parfaitement que n'importe quelle créature quelle qu'elle soit. »

La vie est un concert dont chaque instrument, chaque note est indispensable à l'harmonie de l'ensemble.

Découvrez mes autres articles :

Retour