^

Philippe Roch

Bienvenue sur mon site

Le loup

Foin de cette hypocrisie

La désignation du grand méchant loup comme coupable de barbarie par des éleveurs angéliques relève de l’hypocrisie. Car finalement tous les deux ont le même but : manger de la viande. Les moutons qui auront échappé au loup finiront à l’abattoir.

Le retour du loup en Suisse est une victoire sur nous-mêmes. Il signifie que nous avons été capables d’utiliser le progrès technique pour alléger notre pression sur la nature. Ainsi la forêt a reconquis une partie de son territoire. Dans cette forêt, et grâce à la création de réserves, les bouquetins, cerfs, chevreuils et sangliers se sont multipliés.

La chasse au loup menée par les gardes et 100 chasseurs dans le haut Valais est un non sens. Le loup est dérangé dans tout son espace de vie. Il vaudrait mieux l’intimider sur les pâturages, pour qu’il apprenne qu’il est dangereux de s’attaquer aux moutons, et il pourrait alors jouer son rôle de prédateur naturel, complice des chasseurs qui devraient être fiers de partager avec le lui de vrais espaces sauvages.

 

L’éleveur de moutons a la responsabilité de veiller sur son troupeau. Les moutons sans surveillance sont trop souvent victimes des chiens errants, bien plus nombreux que les loups, de maladies, de blessures, de chutes de pierres ou de la foudre. Le troupeau a besoin d’un berger,  qui le rassure, le soigne et le protège contre les prédateurs.

Découvrez mes autres articles :

Retour